Les dessous des dessins

Je caresse le dessein de devenir artiste. Artiste amateur. Peu importe la réussite du projet.

Peut-être toi aussi te sens-tu l’âme d’artiste à mateur, en caressant des seins, mais là n’est pas le propos.

 

Malheureusement, c’est maintenant le dernier jour des vacances. Ce qui risque de mettre un coup de frein à ma fulgurante progression dans le dessin – fulgurante, parce que quand tu pars de rien, tu fais quelque chose, c’est forcément une vache de mieux que rien (oui, la vache est une unité de mesure locale…)

 

J’ai un super livre offert par Jules pour apprendre un peu mieux que toute seule, mais manque de chance, ma dernière production grâce à ce livre est un autoportrait, raté qui plus est, et il est donc hors de question que je te montre cela.

 

Tu te contenteras donc pour l’instant de mon avis sur le livre en question :

12 leçons pour apprendre à dessiner de Barrington Barber.

 

Formidable ouvrage !

 

J’étais admirative de ce que le dessin peut permettre d’exprimer, en voyant par exemple les dessins de Mano Solo qui lui permettaient de montrer des sentiments, ou un ressenti, à l’appui de sa musique.

J’ai toujours été scotchée aussi par les dessins faits dans les tribunaux, plus parce qu’ils montrent à quel point ces dessinateurs ont le coup d’œil pour relever une expression, moi qui suis à peu près incapable de décrire quelqu’un que je côtoie, au point de ne souvent pas savoir si ce quelqu’un a des lunettes ou pas par exemple.

Et depuis quelques temps j’ai appris à vivre avec mon âge, c’est-à-dire à ne plus considérer qu’à partir de trente ans on n’avait plus rien à apprendre.

Alors j’apprends. A coudre. A crocheter. A écrire.

Et pourquoi pas apprendre à dessiner, du coup ?

Mon Jules a été bien inspiré en m’offrant ce livre.

 

Formidable ouvrage donc car il permet de se lancer sans hésiter.

12 leçons, seule la première, et encore au début seulement, propose quelques exercices techniques de base. Ensuite, on se lance à dessiner des objets, des visages, des personnes, des végétaux, des paysages, des scènes intérieures, des animaux…

Une des leçons aborde différents matériels, une autre la perspective, une concerne le corps humain…

 

Bien sûr au niveau pratique je n’en suis qu’au tout début de la leçon 2, il me faudra du temps, beaucoup de temps. Mais c’est vraiment un livre qui donne envie d’aller voir plus loin et j’ai aussi passé beaucoup de temps à le lire, le feuilleter, le regarder.

Et puis quel plaisir de créer quelque chose, même lorsque ce n’est pas vraiment réussi d’ailleurs.

 

 

 

 

 

L’air de rien :

« […]

J’aurais voulu être un artiste

Pour pouvoir faire mon numéro

[…]

J’aurais voulu être un artiste

Pour pouvoir dire pourquoi j’existe. »

 

Extrait du « Blues du business man », Starmania :

https://www.youtube.com/watch?v=h_GRhikRAfw

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s