Atomka, sans modération

Dans ma série « Vas-y Francky c’est bon… »

Oui… Oui !

Atomka par Thilliez

Suite des aventures de Sharko et Hennebelle. Les voilà repartis tous les deux sur une nouvelle enquête : du froid et du nucléaire. Tout bien crédible pour qui n’y connaît rien en la matière (quand on s’y connaît peut-être aussi remarque, j’y connais rien).

 

Faut dire que la technique, il maîtrise, le Francky.

D’abord, bonjour les frissons. Normal quand on te met en chaleur par -8°, ça te fait frissonner…

 

Et puis des voyages, de l’action qui t’en met plein la vue. Il te secoue les reins et ça jaillit à tout va. Mais c’est pas grave, je veux bien tourner la page et même tourner le dos. Et c’est reparti.

 

En plus il sait pénétrer tes fantasmes les plus fous sur le mâle cinquantenaire. Celui qui sait ne compter que sur lui-même, sans même avoir besoin d’un gros calibre pour te faire grimper aux rideaux. C’est tout bon mon Francky.

 

Enfin, tu sais pas si il va oser aller jusque-là. D’abord, toi-même tu sais pas si t’en as envie. Mais si, bien sûr, il ose. Et ça te plait.

Tu le crois à peine quand il lâche l’affaire. Bon toi t’avais ton compte, mais lui, est-ce un coup de mou ? Peut-être qu’il sent qu’il doit s’économiser le Francky, s’il veut encore t’emmener au septième ciel la prochaine fois…

 

Pardon ? Canel sous-entend que je simule là ? Qu’il y aurait de l’exagération dans mes propos ?

Meuh… J’ai vachement aimé et pis c’est tout.

 

Alors « Vas-y Francky c’est bon ! »

 

 

 

Dans un élan de lucidité quand à mon manque d’objectivité, je laisse les critiques sérieuses à d’autres. J’aurais moins aimé si ce n’était pas le nième de Thilliez que je lis et si je n’avais pas suivi les aventures de Sharko et Hennebelle dans l’ordre.

 

 

 

Petit air déjanté, pour se mettre en veine d’exagération :

« […]

Ils étaient quatre dessus

Elle était toute seule en dessous

Ils étaient sans pardessus

Et elle était sans dessous

Le lit était sens dessus dessous

Elle n’était pas déçue

Ils avaient beaucoup beaucoup beaucoup d’sous

Elle avait quatre amants [6 fois]

Et moi quatre paires de cornes !

Qui…

Dit…

Mieux ?!

[…] »

 

Extrait de « Qui dit mieux », la rue Ketanou :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s