Reprise de tête

Après l’avant premier jour de l’année, la fameuse pré-rentrée des profs, hier, me voilà aujourd’hui à la veille de mon premier jour avec les élèves.

 

Mercredi fut une journée assez extraordinaire d’inutilité, où l’on a appris que l’on passait de 77% à 87% de réussite au brevet, alors que le niveau national se situe aux alentours de 85% et ne bouge pas.Comme quoi, les stat sur de si petits effectifs…

Autant l’année dernière cette pré-rentrée était blindée de réunions, autant cette année elle semblait plutôt oisive. En réalité, nous devions aborder plusieurs sujets entre nous, entre profs, mais nous étions libres de l’organisation de notre journée. Et se concerter à vingt personnes, sans personne pour diriger une réunion, sans même un lieu de réunion d’ailleurs, ça ne donne pas grand-chose et même rien du tout.

Nous nous sommes contentés de nous concerter à trois, les trois profs de maths et c’est déjà pas si mal…

 

De toute façon, l’essentiel de cette journée consiste à récupérer les listes des élèves et faire les photocopies nécessaires pour les premières heures de cours.

Malheureusement, la réforme impliquait aussi cette année de re-préparer les cours.

Et c’est là que j’étais contente de disposer de mon jeudi, puisqu’il n’y avait que les sixièmes aujourd’hui, essentiellement avec les prof principaux.

J’avais anticipé fin août pour les cinquièmes, heureusement, car je me suis retrouvée perdue dès le premier chapitre, à ne plus savoir dans quel ordre faire les choses. Une fois l’ordre remis au clair, pas de problème majeur pour la première « séquence ».

Par contre, en troisième, c’est plus difficile. Arithmétique ? Non, trop de changements. Ça mérite davantage de réflexion. Thalès ? Oui. Mais en se rappelant qu’il faut maintenant faire en 3ème ce que l’on faisait en 4ème. Du coup, ça semble simple, il suffit de reprendre. Mais non, pas tout à fait. Car l’esprit n’est plus vraiment le même.

C’est ça le problème. Ne plus avoir en tête le détail des programmes et donc l’esprit des programmes. Ce qui faisait que tu étais cohérent dans ce que tu disais. Ce qui faisait que tu étais un bon prof. Au moins de ce point de vue-là.

 

Demain, grand jour, première séance avec quatre de mes cinq classes. Normalement, tout va rouler. Les documents sont prêts. Le discours est rôdé. L’attitude à avoir est connue.

Bien sûr, ce n’est pas demain que les classes vont se révéler comme elles seront par la suite.

Parce que les gamins seront plein de bonnes résolutions. Nouvelle année, remise au travail, sérieux, espoir, pas de découragement encore.

Et le mieux, c’est que tout ça est vrai pour les profs aussi et que malgré la réforme, malgré la pression concernant la charge de travail, malgré l’opinion publique merdique nous concernant, malgré les désaccords avec les collègues, je sens comme une certaine motivation me gagner.

Le meilleur moment de l’année, celui où tout reste à faire et où tout est donc encore possible !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s