Éparpillés façon pu-zzle

Reprise des cours au collège, quotidien qui s’installe.

Voilà, une semaine de faite. J’ai fait connaissance avec mes classes de cette année : deux sixièmes, deux cinquièmes et une troisième.

Et bien sûr, il y en a une qui sort du lot. Une sixième. La sixième Binz. Parce que là, quand même, autant de boulets dans une même classe…

Entre la petite M. qui se retourne, bavarde, ne se met pas au boulot, interpelle les autres et s’exclame à tout instant – avec une grosse voix un peu éraillée en plus, le petit Y. qui ne tient pas en place, se retourne, bavarde et qui ne fait quelque chose qu’APRES m’avoir posé une question qui m’oblige à aller le voir et lui répéter la consigne à lui personnellement, D. qui fait de la provocation en me répondant – à un moment inopportun, S. qui râle dès le deuxième cours que c’est injuste quand j’interroge L.-M. – « toujours lui, dit-il » (deuxième cours, notez-le bien), Y. et R. et T. qui bavardent et continuent alors que je leur ai dit nominativement de se taire, J. qui en plus de bavarder aujourd’hui n’a pas son classeur, trois qui n’ont pas fait leur exercice dès la première fois, trois élèves avec des suivis particuliers – je ne pense pas que les conditions pour eux soient optimales avec ce genre de camarades…

 

C’est la première fois que j’ai une sixième de ce genre. Il y en a déjà eu, mais j’ai toujours eu la chance de passer à côté.

Ce qui est extraordinaire, c’est d’avoir une telle classe quand à côté de ça, l’autre, la sixième Détente, ne contient que des élèves tout mignons, calmes, qui travaillent.

Et ça m’énerve, cette différence.

Alors je bous. Ce qui ne m’aide pas quand je retrouve la classe Binz en question, ma patience s’amenuise déjà, qu’en restera-t-il dans quelques semaines quand il faut tenir toute l’année ?

Quel moyen trouver pour gérer ces mômes… ?

 

« Je vais lui montrer qui c’est Raoul. Aux quatre coins de Paris qu’on va le retrouver, éparpillé par petits bouts façon puzzle. Moi, quand on m’en fait trop je correctionne plus : je dynamite, je disperse, je ventile ! »

 

Extrait des Tontons flingueurs de Georges Lautner, Michel Audiard :

 

 

L’enchaînement est parfait pour donner mon avis sur Puzzle, de Franck Thilliez :

Puzzle par Thilliez

 

Dans ma série « Vas-y Francky c’est bon… »

 

Et voilà, si je devais donner un avis, comme ça, à brule pourpoint, je dirais :

C’est pas mal, parce que c’est prenant, à cause du style, efficace à tenir en haleine, à créer de la tension. Mais ça laisse un sentiment de peu, à cause de l’intrigue, cousue de fil blanc, et finalement pas très palpitante.

 

Juste après ma lecture, j’ai mis quatre étoiles tout de même car c’est un livre que je n’ai pas lâché. Mais est-ce de son fait, au livre, si je n’avais que ça à foutre, que de passer des heures à lire, à quelques jours de la rentrée, donc de la reprise, vacances obligent, en bonne fonctionnaire et même pire : prof… Voilà, vieux réflexe déjà, je surnote !

Bon, ben j’enlève une étoile, il lui en restera trois, c’est plus cohérent.

 

Et puis je viens de lire les autres critiques sur ce livre et je constate encore une fois mon manque de culture, littéraire et cinématographique. Et finalement c’est vrai que c’est peut-être un avantage pour ce bouquin, pour lui garder une certaine virginité.

Quand même, je venais juste de lire Shutter Island et c’est de l’inspiration qui semble remplacer la transpiration.

Et comme pour beaucoup d’autres lecteurs, il me semble que quand Sharko et Hennebelle ne sont pas là, c’est moins bon.

 

Alors, au suivant !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s