Appellation d’origine inconnue

Avec ce livre, nous partons à la recherche de nos origines.

Au commencement était l'homme : De Toumaï à Cro-Magnon par Picq

Peut-être que tu penses toi aussi que nos ancêtres sont les gaulois. Alors c’est que tu aimes te faire plumer… Et te faire enfumer aussi, si tu as pris femme, descendante elle-même de gauloise…

 

Nous voyageons bien plus loin dans le temps ici, en compagnie d’hominidés de tous poils.

Si la préhistoire t’évoque Raquel Welsh, alors respire et calme-toi – ou muni toi d’essuie tout – mais surtout lis-mieux car je parlais de poils et je ne vois pas où ils sont sur Raquel…

 

Ce livre veut contrer notre vision trop linéaire de l’évolution. Cette façon d’envisager un ancêtre commun avec le singe. La branche qui se sépare en deux. Le primate qui reste singe et l’autre qui devient, tout doucement, l’homme.

Eh bien pas du tout. La manif pour tous n’y fera plus rien maintenant mais l’homme est né dans la diversité.

Les homininés et les paninés sont les deux sous-familles d’hominidés.

Nous sommes actuellement les seuls représentants de la première, tandis que la seconde est maintenant représentée par les chimpanzés, gorilles et bonobos.

Mais les homininés furent représentés tout aussi bien par les australopithèques, les paranthropes et les homo (c’est juste les premiers hommes pour l’instant).

 

Un des australopithèques s’appelle « gahri ». Bon, ça ne s’écrit pas pareil et ça veut dire « surprise ». Juste un clin d’œil obsessionnel…

Les  paranthropes sont boisei ou robustus, tandis que les homo peuvent être habilis ou erectus, voire sapiens.

 

Ce qui cloche, c’est que dans les fossiles découverts, au-delà d’un certain « âge », nous les classons tous parmi les homininés et aucun parmi les paninés.

Plusieurs sciences se mêlent maintenant de ces questions, y compris la génétique bien sûr.

Et la compréhension de l’évolution n’est pas simple du tout, entre les théories de Lamarck et de Darwin, souvent caricaturés dans leurs idées…

Et puis, plusieurs sous-espèces se sont mêlées, certainement, venant encore compliquer tout ce que nous croyons savoir.

 

Une petite chose en rapport, c’est le cas de le dire, mais qui n’a rien à voir avec le livre. J’ai lu, dans un magazine scientifique sérieux – mais je ne sais plus lequel – une hypothèse pour expliquer l’existence des seins de la femme.

Du temps où l’homme, cédant à sa bipédie et à la facilité, aurait commencé à lâcher la levrette pour la position du missionnaire, le monsieur mâle serait devenu mou du zgeg, la stimulation que lui donnait la vue des fesses lui faisant alors défaut. Alors la madame femelle, avec ses nouveaux seins comme artifice sexuels, aurait durci un peu le ton et son bonhomme par la même occasion.

 

Maintenant que l’on a créé l’homme, c’est le bordel, avec la femme. Heureusement que l’on ne cesse de se réinventer mutuellement…

Publicités

4 réflexions sur “Appellation d’origine inconnue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s