Faire âme neuve

Une nouvelle année qui commence. J’aime bien les débuts.

L’avantage quand on est prof, c’est qu’on a deux débuts d’année. L’année scolaire, qui rythme notre vie, matériellement d’abord, avec l’emploi du temps, les classes, valables de septembre à juin. Et l’année civile, plus symboliquement. Peut-être est-ce vrai pour tout le monde avec les vacances « d’été » d’ailleurs.

 

Alors je ne ferai pas part ici de mes bonnes résolutions, cela me semble trop personnel pour être partagé sur un blog. Mais je peux au moins afficher un objectif : mieux planifier mon temps de travail pour que mon temps libre reste du temps libre : libre de préoccupations professionnelles inutiles et délétères.

Et garder l’énergie de faire des choses tout aussi inutiles que plaisantes comme lire et écrire, plutôt que de végéter devant n’importe quelle connerie à la télé, en tout cas pas par défaut.

 

Quoi de mieux pour démarrer l’année que de balayer d’un souffle les cendres de l’année écoulée. Transition on ne peut plus subtile pour coller ici mon « avis » sur Un vent de cendres, de Sandrine Collette, lu il y a déjà un moment…

Un vent de cendres par Collette

Un livre qui ne se laisse pas poser facilement. De ce point de vue, on peut dire que c’est un bon livre.

 

L’écriture est ciselée, tranchante, je reconnais le style de Sandrine Collette (bon, en même temps, son nom est écrit sur la couverture hein…). Je retrouve surtout cette distinction entre les actions, les dialogues, servis de manière percutante, un peu brutale, et les descriptions plus développées, plus classiques.

Les personnages sont intéressants, l’intrigue se présente bien.

J’ai avalé les pages les unes après les autres, sans même craindre l’indigestion.

Mais, mais, mais…

Le dénouement me laisse un goût amer, l’impression de m’être laissée berner. Comme quand vous croyez que le mec est un pro parce qu’il a tout l’équipement qu’il faut, mais qu’en fait non, c’est un amateur. Et tout l’équipement du monde ne remplacera jamais certains gestes de pro.

Bref, non seulement j’ai trouvé la fin facile, puis limite malhonnête, mais je ne suis même pas sûre d’avoir bien compris, rétrospectivement, le début.

Cependant ce n’est pas si grave, j’ai passé du bon temps quand même à lire ce livre et je m’intéresserai volontiers à un autre du même auteur.

Alors, au suivant !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s