Tout doucement

Voilà un week-end qui s’achève comme il s’est déroulé, bien vite.

Je reste avec mon paquet de copies de troisièmes sur les bras, je ne les vois pas demain. Mais j’ai quand même ces copies depuis mardi dernier, alors il faut absolument que je leur rende ce mardi, une semaine étant une limite raisonnable pour un devoir finalement pas si long. Pas si long à rédiger mais pas si long non plus à corriger. C’est juste que je fais une sorte de rejet, après quatre copies, impossible d’aller plus loin. Et encore, je ne m’occupe que de mettre les notes pour le moment et pas les compétences.

Et puis cette chose inachevée me gêne pour le reste. J’ai quand même finalisé mes autres préparations pour la semaine qui vient, sujet d’interrogation en cinquième, travail mental en sixième, mise au point des séances de lundi et mardi, mais je n’ai pas l’esprit libre et c’est ce qui me gêne pour me consacrer à d’autres tâches.

 

Et je ne parle là que du travail.

Il faut, ou plutôt je veux me remettre à écrire. Mais je ne trouve pas suffisamment de temps pour me replonger vraiment dans mon histoire, dans laquelle je suis un peu perdue je dois dire. Selon certains conseils lus sur des blogs d’écriture, je devrais faire un plan pour m’y retrouver, pour ne pas perdre du temps ensuite à remettre certaines choses dans l’ordre, à supprimer des incohérences ou à rajouter des manques. Mais je suis dans une optique bien plus d’improvisation, d’amateurisme. Et chercher à être plus organisée me bloque pour le moment. Alors je préfère ne pas me mettre de contraintes supplémentaires parce que maintenant, je tiens à aller au bout de ce que je veux écrire.

 

Mais je continue bien sûr à me nourrir de lectures, et d’écriture d’articles sur ce blog et de critiques sur babelio comme celle de Chanson douce de Leïla Slimani.

Chanson douce par Slimani

Bien sûr je n’ai pas lâché ce livre. Mais est-ce pour de bonnes raisons ?

 

A partir de la moitié du livre, j’ai gardé tout du long une impression désagréable : celle de me comporter en voyeuse. Et je suis sortie de cette lecture avec la désagréable impression de m’être fait flouer.

 

Un livre peut raconter un fait réel, un fait divers, il s’agit dans ce cas d’un récit. Ce n’est pas le cas ici. Peut-être l’histoire est-elle inspirée d’un fait divers. Mais uniquement pour l’idée de départ. Leïla Slimani nous propose donc une « pure » fiction. Dans ce cas, je m’attendais à être un peu plus guidée dans l’opinion que l’on peut se faire de cette nounou.

Le style est certainement à la hauteur du prix qu’a reçu ce roman. Il sert avantageusement le malaise qui se met en place dans la tête et dans les tripes du lecteur.

Mais les personnages ne m’ont pas convaincu tout à fait. Puisque le narrateur se partage entre la nounou et Myriam, la maman, il eut fallu, pour ce qui me concerne, que l’histoire de Myriam soit plus fouillée. On reste tellement en surface que tout chez elle m’a paru caricatural.

Ensuite pour Louise, la nounou, et donc pour le drame en lui-même, j’aurais aimé un point de vue plus tranché. Je sais que d’autres lecteurs ont justement apprécié que l’explication du drame reste ouverte à l’exploration des possibles.

 

Finalement, un grand bof que je n’arrive pas tout à fait à exprimer ni à expliquer.

 

Tiens, un petit air parce que cela faisait longtemps et que cette chanson colle bien à mon ressenti…

« Tout doucement
Envie de changer d’atmosphère, d’altitude
Tout doucement
Besoin d’amour pour remplacer l’habitude
Tout simplement
Arrêter les minutes supplémentaires
Qui font de ma vie un enfer
Je l’aime encore mais plus vraiment.

[…] »

Extrait de Tout doucement de Bibie :

Publicités

2 réflexions sur “Tout doucement

  1. J’ai rencontré la femme de ma vie grâce à ce livre, alors je ne peux pas être objectif sur ce que j’ai pu ressentir en le lisant. C’est le livre le plus indéfinissable que j’aie lu jusqu’à aujourd’hui. Si j’avais la distance, et surtout le talent pour en parler comme vous le faites, je crois que j’aurais pu dire les même chose à son sujet.

    « Finalement, un grand bof que je n’arrive pas tout à fait à exprimer ni à expliquer. » Oui c’est tout à fait cela.

    Et pour ce qui est du début de mon commentaire. Je sais qu’on attend que je développe, mais je veux garder ce petit truc juste pour elle, juste pour moi, juste pour nous deux…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s