Trop fort ce Franck !

Rien de tel qu’un bon livre pour se changer les idées. Le bon livre, il se lit bien. Et il est bon… Comme celui-là par exemple :

Angor par Thilliez

Dans ma série « Vas-y Francky c’est bon… »

Je m’étais imposée une petite période d’abstinence. Pour des raisons purement pratiques. Ayant lu mon premier Thilliez il y a deux ans, ayant pris ses livres dans l’ordre et puisque j’en suis déjà à Angor, mon rythme de lecture de ses livres est supérieur au rythme d’écriture de Franck. Disons que je gère la pénurie à venir.

Depuis quelques temps déjà, je remarque que j’apprécie bien plus les livres de la série Sharko-Hennebelle que les autres. C’est donc avec une attente démesurée que j’ai commencé Angor, le genre d’attente qui prend un risque, le risque d’être déçue, à un moment en plus peu propice à la lecture, moment où je suis débordée, préoccupée…

Mais il est trop fort, ce Franck. Trop fort en nous sortant une histoire efficace dans un style efficace.

Ce ne serait pas de la grande littérature… Oui ben moi je préfère écouter un mec sympa qu’à des trucs sympas à dire dans un langage de base qu’un type pointilleux de la verve qui me ferait perdre le fil en me rabattant la joie.

Ce ne serait pas crédible parce que Sharko ne parle pas espagnol mais s’en sort très bien dans son voyage en Argentine pour comprendre ce qu’on lui dit… Oui, alors certes ! Mais alors laissez tomber tout de suite. Parce que dans ce cas, ce qui n’est pas crédible, c’est de retrouver Sharko en un seul morceau après tout ce qui lui est arrivé dans les livres précédents. Nan mais merde, c’est un détail à côté de tout le reste.

Sharko et Hennebelle, c’est retrouver des vieux potes avec leurs vieux défauts, ceux qui les caractérisent et qui en font des gens inoubliables. Ils ont bourlingué. Ils sont dans les couches – de leurs mômes – ils reproduisent les erreurs du passé. C’est énervant, hein… mais ça laisse pas indifférent et ça fait tourner les pages.

Mais là où il est très fort, ce Franck, c’est pour toi qui te lasses un peu. Tu te lasses un peu d’un Sharko incassable, peut-on encore s’émouvoir pour lui… Eh bien Thilliez, il te sort Nicolas Bellanger, tout neuf, trente-cinq ans – juste ce qu’il te faut – encore pas trop abîmé mais déjà bien torturé, pour fixer tes petits fantasmes. Et pour les gens qui se la font plutôt sur la gente féminine, vous avez carrément Camille comme nouvelle fille si vous vous lassez de Lucie.

Bon, bref, c’est bon de se faire du bien, hein !

« […]

Tous les baisers reçus

Savais-tu qu’ils duraient ?

Qu’en se mordant la bouche

Le goût en revenait ?

Et qu’il y avait du sang

Qui ne sècherait pas ?

Tu me donnais la main

Pour boire de ce sang là

Je ne t’ai jamais dit

Mais nous sommes immortels

Immortels

As-tu pensé parfois

Que rien ne finirait

Et qu’on soit là ou pas

Quand même on y serait

Et toi qui n’es plus là

C’est comme si tu étais

Plus immortel que moi

Mais je te suis de près

[…] »

Extrait de Immortels, Dominique A :

https://www.youtube.com/watch?v=w23I5aRnJK0

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s