Conte à miner

Dans ma série « Vas-y Francky, c’est bon… »

Pandemia par Thilliez

Il y a environ deux ans, je me suis laissé charmer par Franck. Franck ? Thilliez, ce type torturé de l’esprit qui doit s’ennuyer à mort dans sa vie pour inventer des tas d’histoires bien tordues. Et il a la bonne idée de nous en faire part…

Et c’est le pied total quand je passe un moment, toujours trop bref notez bien, avec Franck. Franck ? Sharko, vas-y Francky, c’te hasard que c’est là ! Sharko, ce type qui s’en prend plein la gueule, qui en quelques années a déjà vécu plusieurs vies, qui est souvent à la limite, limite de crever, de passer de l’autre côté… Mais il reste ce mec qui exsude la virilité, un côté mâle rassurant, fragile à la fois, buté borné mais à l’écoute, voyez, le genre de contradictions dont on s’accommode parce que la vie est pas un long fleuve tranquille.

Bon Sharko est hors catégorie mais Thilliez a l’art non seulement de faire évoluer ses personnages récurrents, mais aussi d’en créer de nouveaux.

 

Pour parler de Pandemia plus particulièrement… trop fort, ce Franck !

L’intrigue est dense sans être indigeste et le style est net et efficace. Il m’a semblé qu’il y avait très peu de descriptions alors que tout est très clair.

Les personnages donnent toujours de leur personne et le suspense est orchestré de main de maître avec des chapitres très courts qui donnent encore plus de rythme au tournage effréné des pages.

 

Il ne me reste plus qu’à « Rêver » en attendant de retrouver « Sharko ».

C’est bon…

 

En attendant, demain est un grand jour : le dernier des vacances…

Sérieusement, côté élections, no comment, on en entend déjà suffisamment parler comme ça.

Ce sont des vacances pendant lesquelles je n’ai pas vraiment réussi à me mettre au boulot (ça, c’est bien une parole de prof, où il ne faut pas confondre vacances et congés), la faute au printemps et à l’arrivée du beau temps certainement. Un besoin aussi de lâcher prise, un peu. Du coup, j’ai beaucoup lu. J’aurais voulu me remettre à écrire, mais ça n’est pas venu. Besoin d’une activité plus passive sûrement, d’où la lecture.

Étrangement, je me sens assez motivée pour cette reprise. Je ne dirais pas que j’ai envie de bosser, mais je sais que c’est inéluctable, il va même falloir mettre un sérieux coup de collier, avec tout ce qui va se cumuler dans les semaines qui viennent.

Alors paradoxalement, je sais que l’envie d’écrire va revenir aussi. C’est à se demander si ce n’est pas une stratégie du cerveau pour éviter de me confronter à la difficulté, cette envie qui disparait quand j’ai du temps et qui réapparaît quand je n’en ai plus… N’empêche que je garde mon objectif de finir cette histoire avec l’année scolaire (vacances d’été comprise tout de même).

D’ici là, je vais profiter du dernier jour des vacances pour m’y remettre (au boulot, si vous avez suivi). Demain.

 

Demain est un autre jour. Qui sait de quoi demain sera fait ? Pourvu qu’il ne nous joue pas un vilain tour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s