Aux petits soins

Chaque année, bien accueillir les sixièmes est un défi.

Les accueillir au collège, les accueillir dans ma matière.

Quiconque s’est tant soit peu intéresser aux problèmes de gestion de classe a lu un jour qu’il faut serrer la vis dans un premier temps, quitte à assouplir le système ensuite.

Oui, mais n’y a-t-il pas une certaine contradiction avec le culte de la bienveillance imposé par la bien-pensance de notre société, allant jusqu’à envahir les médias – leurs discours tout au moins – ?

Alors je m’évertue à expliquer, à décortiquer, à rappeler le fonctionnement que j’attends des élèves. Je vais jusqu’à faire une fausse interro pour qu’ils sachent à quoi s’attendre au cas où rater la première interro soit une épreuve trop traumatisante pour eux. Je les interroge, je leur réexplique (je rabâche quoi…). Je les encourage, je perds un temps fou (je parle du temps de la classe) à attendre les plus lents, à redire aux plus tête en l’air, à aider les moins organisés.

Et je me retrouve quand même avec des élèves qui pleurent…

A. s’est mis à pleurer dans un de mes cours. « Je n’y arrive pas. Je n’arrive pas à travailler. » me dit-il. Je le rassure (j’essaie, sincèrement en tout cas). Le lendemain je le retrouve en pleurs, dans le rang, avant même d’être entré dans la salle. Et il pleure encore l’heure suivante.

Un autre élève, B. se met à pleurer parce qu’il ne sait pas répondre aux questions de cours que je lui pose.

Notez, au passage, que ce sont des garçons dans les deux cas. Parce que les garçons pleurent autant que les filles.

Alors visiblement je ne maîtrise pas la chose comme il faut. Peut-être s’agit-il là au fond d’un problème rhétorique…

Finalement, je m’adapte plutôt bien : avant, seuls mes élèves étaient en échec (enfin, pas tous, hein !), maintenant moi aussi je suis en échec avec eux.

 

Et je me soigne le désespoir avec les livres.

Travail soigné par Lemaitre

Retour en arrière pour moi, ayant lu déjà Alex, je retrouve, avec Travail soigné, Camille Verhoeven dans ses premiers pas avec l’auteur.

Personnage hors du commun pour une histoire qui égare le lecteur rapidement hors des sentiers battus, au gré d’une écriture elle-même soignée et remarquable.

Seule remarque qui pourrait être négative mais qui m’a plutôt amusée en fait : l’exagération au sujet de la taille de Camille ; Lemaître perd parfois un peu la mesure… Avec une taille de 1m45, Camille est certes vraiment petit, et je suis d’accord avec les regards de haut qui lui sont portés, mais de là à devoir se hisser sur le canapé, c’est un peu disproportionné tout de même.

 

Mais c’est vraiment un détail au regard du plaisir que m’a donné ce livre.

Excellents rebondissements, excellente histoire, excellente écriture.

Publicités

2 réflexions sur “Aux petits soins

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s