La traversée du désert

Déserter

Un collègue a fait ça, il y a deux ans, ou trois (comme le temps passe) : il s’est rendu à la journée de pré-rentrée, dans son collège, normalement, comme toutes les autres années en tout cas. Et puis le lendemain, le jour de la rentrée des élèves, impossible pour lui de s’y rendre. Il est resté arrêté. Longtemps. Assez longtemps pour toucher la moitié de sa paie seulement. Il a exploré toutes les pistes de reconversion. Je ne sais pas s’il a trouvé une solution depuis.

Pourtant, c’était quelqu’un de motivé didactiquement, et même pédagogiquement. Il pouvait passer de nombreuses heures à préparer des documents pour les élèves. Il s’était intéressé aux nouvelles lubies de la matière : les tâches complexes, les séances en salle informatique. Alors comment s’est-il trouvé en échec ? Parce que se trouver incapable de reprendre son poste, c’est un échec et vécu comme cela. A cause de la hiérarchie, de l’institution et un peu des élèves, mais dans leur aspect ingérable. C’est-à-dire à cause de ces quelques élèves (ils sont très peu nombreux) que l’on nous laisse dans nos classes, pas parce qu’on pense que nous serons capables de leur apprendre quoi que ce soit, mais juste parce qu’il n’y a pas de place dans les structures qui seraient plus aptes à s’en occuper. Et quand vous êtes confronter trop longtemps à ce genre de cas, ça peut avoir des conséquences assez irréversibles.

Démissionner

A voir les chiffres des démissions, ils ne sont pas franchement en augmentation, ou si peu que ce n’est pas significatif. Ce qui m’étonne au vu du nombre de collègues qui pensent à faire autre chose que prof. Peut-être ne font-ils qu’y penser et en parler. Après tout, le boulot ne court pas les rues en ce moment et si on démissionnait comme ça à la moindre envie d’ailleurs, on nous taxerait d’inconscience en plus de fainéantise et de tous les autres maux dont on nous affuble. Donc pas de démissions massives. A moins que l’idée mûrisse pour beaucoup et qu’un grand nombre se décide en même temps, ce qui n’aurait de toute façon même pas l’intérêt d’alerter sur le peu d’attractivité du métier, ce manque n’étant plus à démontrer au vu des résultats des concours d’enseignement.

En attendant, certains abandonnent des missions, comme celle de prof principal. J’en fais partie, c’est une nécessité pour me protéger d’un dégoût du métier qui m’étreint de plus en plus souvent.

De même que j’hésite à laisser tomber le conseil d’administration qui demande quand même un certain investissement, y compris émotionnel et nerveux, ce qui à mon avis ne devrait pas être le cas, ou alors vraiment occasionnellement.

L’essentiel étant pour le moment de ne surtout pas laisser tomber le métier, ne serait-ce que pour des questions alimentaires. Heureusement, en général les élèves et les classes font plutôt remonter mon niveau de motivation. A voir dans les jours qui viennent.

La steppe d’Anton Tchekhov

Toujours pas à jour dans mes avis sur mes lectures, je crois avoir lu les nouvelles de Tchekhov dont je vais vous parler ensuite au mois de juin, ça date…

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles, dis l’adage, auquel j’aurais dû me tenir.

La steppe m’a profondément ennuyée. Je n’ai pas goûté les descriptions de la nature, les personnages me sont restés profondément étrangers et je n’ai pas du tout compris l’intérêt de l’histoire, s’il y en a une…

Les autres nouvelles m’ont paru un peu plus vivantes car un peu mieux incarnées par leurs personnages. Mais du coup ne sont-elles pas trop courtes ? Ah, bah non, c’est des nouvelles, c’est fait exprès.

Conclusion : j’aime pas les nouvelles !

Au suivant !

Une réflexion sur “La traversée du désert

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s